Все права на текст принадлежат автору: .
Это короткий фрагмент для ознакомления с книгой.
Франция с 1789 года до наших дней. Сборник документов (составитель Паскаль Коши). La France contemporaine, de 1789 a nos jours. Recueil de documents (par Pascal Cauchy)


Франция с 1789 года до наших дней. Сборник документов (составитель Паскаль Коши). La France contemporaine, de 1789 à nos jours. Recueil de documents (par Pascal Cauchy)

Настоящее издание, по своему предназначению, является учебным пособием для студентов-историков, изучающих французский язык. В нём собран богатый материал, дающий представление о французском языке как в исторической перспективе, так и в тематическом разнообразии, начиная с текстов конца XVIII века и заканчивая документами по политической истории Франции начала XXI века. Каждый оригинальный французский источник предваряется кратким введением на французском языке, помещающим его в исторический контекст, и сопровождается комментариями на русском языке.

Вошедшие в сборник материалы, иллюстрирующие ключевые вехи в истории Франции указанного периода, представляют интерес как с лингвистической, так и с исторической точек зрения. Соответственно, они могут быть предметом внимания и изучения как в учебном, так и в научном плане.

По своему содержанию это сборник документов по истории Франции с 1789 года до наших дней, ценность которого во многом определяется широким диапазоном источников. Здесь представлены официальные документы, воспоминания, частная переписка, статьи периодических изданий, отрывки из литературных произведений и исторических трудов, выдержки из нормативных актов, словарные статьи, манифесты и другие виды материалов, рассматриваемые как исторические источники. Сквозная линия кратких введений к этим разнородным текстам, дающим объёмную панораму истории Франции, обеспечивает содержательную цельность сборника.

По характеру работы данная книга является результатом франко-российского сотрудничества в области университетского исторического образования. Инициатором совместной работы стал французский историк Паскаль Коши, преподающий в Институте политических наук Парижа (SciencesPo), который подобрал большой массив материалов, свидетельствующих о том, как разнообразны по своей природе тексты, служащие историческими источниками.

Сотрудники исторического факультета МГУ имени М. В. Ломоносова доктор исторических наук Д. Ю. Бовыкин, кандидаты исторических наук А. А. Вершинин, И. В. Игнатченко, Г. Ч. Моисеев, Н. Н. Наумова, Л. А. Пименова и Т. Б. Пошерстник подготовили к представленным в сборнике документам исторические и страноведческие комментарии, которые помогут тем, кто изучает историю Франции и французский язык.

От редакторов

* * *
При оформлении первой обложки использованы портреты и фотографии известных государственных деятелей Франции – Максимилиана Робеспьера (портрет Ж.-Л. Буальи, начало 1790-х гг.), Наполеона Бонапарта (картина А.-Ж. Гро «Бонапарт – первый консул», 1802 г.), Луи-Филиппа (портрет Ф.К. Винтерхальтера, 1839 г.), Жоржа Клемансо, Филиппа Петена, Шарля де Голля, Франсуа Миттерана, Жака Ширака. На четвертой обложке – Символы Французской Республики (Symboles de la République) (изображение времен Французской революции).

Cet ouvrage propose de mettre à disposition des étudiants en histoire française des documents de nature très différente et portant sur la période contemporaine, de la Révolution à nos jours. Cette sélection suit les grandes étapes chronologiques de la vie politique du pays.

La grande variété des textes montre que les sources et la documentation de l’historien sont infinies. Ainsi les lecteurs trouveront ici des documents officiels, des textes littéraires, de fiction ou d’œuvre d’historiens, de simples citations, mais aussi des tracts, des extraits de procès-verbaux d’interrogatoires, etc. Dans la mesure du possible, les orthographes ont été conservées.

Ce recueil est surtout un support à l’apprentissage de la langue. Il est le résultat d’un grand travail collectif. Réalisé avec les professeurs d’histoire et les professeurs de français de la faculté d’histoire de l’Université d’Etat de Moscou, il doit permettre aux étudiants de se familiariser avec des expressions propres à certaines périodes ou à des domaines variés que les recherches ou l’étude feront ressortir.

De courtes introductions rappellent le contexte. Les notes sont le support essentiel du travail linguistique. Cependant l’analyse du document reste à faire, ce sera le travail de l’étudiant.

От составителя

I L’époque révolutionnaire

1 La Révolution: 1789

Pour remédier à la crise financière, le Roi décide la convocation à Versailles des Etats-Généraux du Royaume, parlement exceptionnel susceptible d’approuver des mesures d’urgence. Les députés, élus par ordre dans toutes les provinces, seront porteurs des demandes de leurs électeurs, demandes consignées dans des « cahiers de doléances ». Les cahiers de doléances sont souvent répétitifs et certains points ont été inspirés par des notables, comme celui qui concerne la réunion régulière des Etats-Généraux, préfigurant ainsi le régime parlementaire. La charge fiscale est partout considérée comme trop lourde. La réforme de l’impôt est, dans le royaume, un sujet constant depuis les propositions de Vauban à la fin du XVIIe siècle.

Cahier de doléances de la ville de Blanzac
(Orig. ms. 4 p., gr. in-folio. Arch. mun. Angoulême, AA 21.)

«L’assemblée paroissiale du Tiers état de la petite ville de Blanzac, convoquée en conséquence des ordres du Roi el de l’ordonnance de M. le sénéchal d’Angoumois en date du 14 février dernier, expose par ces présentes ses justes motifs de doléances et charge ses quatre députés qu’elle a été autorisée par le règlement de se choisir, de supplier Messieurs de l’assemblée intermédiaire convoquée à Angoulême de les porter au pied du trône, où le cœur paternel de Sa Majesté a vu dans sa sagesse le besoin d’assembler les trois Ordres de l’État.

Puisque Sa Majesté daigne ouvrir son sein à cette portion des Français trop longtemps oubliée, au Tiers état si docile aux lois, si fidèle à la patrie et idolâtre de ses rois, et que sa bienfaisance paternelle lui fait luire l’espoir de se voir soulager des calamités sans nombre qui, en étouffant l’énergie de l’âme, étaient sur le point de l’anéantir, qu’il soit permis à ce Tiers état, à celui de cette petite et malheureuse ville, en bénissant les intentions de son auguste Monarque de démontrer que les maux innombrables et trop douloureux à retracer, qui rendent enfin son existence si à plaindre, ont pour causes:

ART. 1er. Que cette petite ville est située dans un pays aride.

ART. 2. Elle est susceptible de très peu de commerce par l’éloignement où elle se trouve des grandes routes et rivières navigables.

ART. 3. Les pauvres habitants sont surchargés d’impositions de toutes sortes de dénominations.

ART. 4. Les impôts, qui ont doublé de plus de moitié depuis 1742, joignent à cette fatalité celle d’être très injustement répartis.

ART. 5. Les frais accablants de perception achèvent de consommer la ruine des habitants; que non seulement les préposés au recouvrement, entre autres des droits de contrôles et d’aides, donnent une interprétation injuste aux différents règlements, mais encore commettent des vexations énormes et abusent de l’autorité qui leur est confiée, en exigeant des droits qui n’existent que dans leurs imaginations, mais servent amplement à leurs intérêts.

Des restitutions honteuses arrachées par l’autorité majeure à ces mains avides justifient et viennent à l’appui des doléances de cette petite ville sur cet article.

ART. 6. Il leur est aussi impossible, tout au moins très difficile et toujours extrêmement coûteux d’obtenir pour les pauvres, les veuves et orphelins, d’un commissaire étranger, impitoyable pour les malheureux et favorable aux riches, les soulagements accordés par Sa Majesté.

ART. 7. Le nombre multiplié des privilégiés ajoute encore tellement à leur ruine, qu’ils partagent entre eux une très grande partie des propriétés de cette petite ville, comme une partie de ses entours.

ART. 8. Ils sont très chargés de rentes, en comparant la nature du sol avec le cens, et sont encore vexés par la manière cruelle et arbitraire avec laquelle les agents des seigneurs les perçoivent.

ART. 9. Les pauvres y sont sans aucunes ressources, surtout dans leurs maladies et dans la vieillesse, faute de chirurgiens publics, d’accoucheuses, de remèdes, et surtout d’hôpital, dont les revenus déjà très modiques viennent d’être enlevés aux justes prétentions des malheureux et réunis à une abbaye déjà trop riche (celle de Bournet) par un individu que le caractère de son état devrait rendre sensible à la calamité publique pour en remplir les saintes vues.

ART. 10. Ils ont la douleur de se trouver dans la funeste impossibilité de donner l’éducation convenable à leurs enfants, et ce devoir le plus sacré, comme le plus cher aux pères et comme le plus beau et le plus doux lien de la société civile, et enfin le plus important à remplir, est ici entièrement sans force et sans vigueur par l’incapacité et le peu d’assujettissement d’un instituteur qui, faisant notoirement en paroisse étrangère un état différent, palpe les revenus d’une fondation établie pour une école publique de la langue latine et de la langue française, où les pauvres pouvant, selon les intentions des fondateurs, se présenter et être instruits gratis, ont été jusqu’ici durement privés de cet avantage.

Les habitants avaient une fois tenté les moyens de ramener l’ordre et de détruire un pareil abus. Ils s’étaient pourvus devant la Cour supérieure de Poitiers pour faire remplacer l’instituteur actuel; mais les malheureux habitants ne peuvent se dissimuler que la brigue et la faveur seule dictèrent un arrêt contraire à leurs justes prétentions.

ART. 11. Non seulement cette petite ville se trouve privée de tout commerce, attendu que tous les chemins qui font son abord sont presque impraticables, mais même se détruisent journellement, attendu que quelques propriétaires de moulins, pour agrandir leurs héritages, ont par une témérité des plus répréhensibles détourné le cours du ruisseau, ce qui non seulement porte un préjudice considérable à la plus grande partie des habitants des lieux bas de la ville, mais encore les expose à des inondations aussi fréquentes que funestes. L’expérience l’a assez démontré. On a requis dans ces cas malheureux le transport d’un commissaire pour en constater; on a adressé des plaintes à l’intendant de la province, et toutes réclamations ont été jusqu’à ce jour vaines et illusoires.

ART. 12. Des vues louables et dirigées par une connaissance parfaite de la détresse des habitants de cette ville avaient déterminé M. l’abbé de Moriès, prédécesseur de l’abbé actuel de Bournet, à fonder, lors de la suppression des moines de cette abbaye et avec l’agrément du Roi, deux places franches au séminaire d’Angoulême pour des sujets de cette ville. Les humiliations en tous genres qu’ont éprouvées, dès l’abord même du séminaire, de la part des supérieurs, ceux des sujets qui s’y sont présentés pour occuper ces places les ont déterminés à renoncer à de si justes prétentions. De pareils procédés de la part d’un corps déjà trop riche et trop gratifié donnent de justes alarmes aux habitants de cette ville et leur font craindre de même que les vues de l’estimable fondateur ne soient éludées par ce même corps pour tourner uniquement à son profit.

MM. de l’assemblée intermédiaire sont suppliés de faire parvenir par leurs députés aux Etats généraux les justes réclamations de cette ville et d’insister fortement à ce que le droit à ces places franches au séminaire soit mis en vigueur, ou que les revenus qui les y assurent aux habitants de Blanzac soient au moins réversibles à cette petite ville pour un hôpital, ou pour y établir deux places de maîtres de langues, qui puissent offrir des ressources à l’éducation de la jeunesse trop malheureusement et trop longtemps négligée.

Fait en la salle du syndic de ladite ville le 5 mars 1789.»

Комментарии
Cahier m de doléances (cahiers de doléances, «тетради жалоб») – во Франции Старого порядка (Ancien Régime) составляемые сословиями, корпорациями и сообществами пожелания для передачи их королю. В данном случае, нака́зы Генеральным штатам – список жалоб и пожеланий, составляемый в каждом бальяже перед выборами депутатов от каждого сословия. Впоследствии пожелания сводились в единый список от каждого сословия и передавались монарху, который обсуждал их на Королевском совете и давал сословиям некий ответ. Впервые были составлены в 1467 г. Наказы 1789 г. являются важным источником для понимания жизни Франции до Французской революции.

frais m pl de perception – то, что добавлялось к сумме налога и должно было идти на оплату его сбора. Эта прибавка могла быть очень существенна, особенно для тех налогов, которые отдавались на откуп.

droits m pl de contrôles – право государства контролировать нотариальные и ряд других актов. С одной стороны, это должно было защитить подданных от злоупотреблений, с другой – требовало уплаты пошлины.

aides f pl – косвенные налоги на ряд товаров, преимущественно напитки и продукты питания.

cens m – ежегодные повинности, которые должен сеньору держатель цензивы.

Assemblée f intermédiaire – промежуточное собрание, второй этап выборов в депутаты Генеральных штатов от третьего сословия.

syndic m – синдик, представитель местного сообщества, избираемый для отстаивания его интересов перед сеньором и другими властями, а также для ведения ряда дел (например, сбора налогов, созыва ополчения, контроля за размерами барщины).

2 La révolution devient violente. Les journées d’Octobre

Après la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 et l’émeute parisienne, le calme ne revient pas. Dans toutes les provinces l’agitation grandit. Pendant l’automne, les conflits se multiplient entre la nouvelle assemblée permanente (l’Assemblée nationale) et le Roi. La crise économique s’intensifie. Des rumeurs de complots contre l’Assemblée se propagent dans Paris. Le 5 octobre une foule insurrectionnelle, venue de la capitale, pénètre dans le château de Versailles et s’empare de la famille royale ramenée contre son gré à Paris le 6.

Mémoire de Madame de la Rochejaquelein
«Mon père, ma mère et Mme d’Estourmel furent les seuls du château qui veillèrent; comme nos fenêtres donnaient sur la rue des Réservoirs, et qu’on découvrait de là la place d’Armes et la cour des Ministres, on y voyait mieux l’agitation du peuple que partout ailleurs du château. On avait fait atteler quinze voitures du Roi à huit heures du soir, afin qu’il pût fuir avec ses gardes; mais, au lieu de leur faire traverser la place d’Armes et les cours, pour de là gagner la terrasse, ce qui était très facile, toutes les troupes étant alors sous les armes, on leur fit prendre le chemin de la grille du Dragon, par les rues, sans escorte; le peuple les força à retourner, plusieurs écuyers coururent risque de la vie; on vint dire à ce pauvre Roi que les voitures ne pouvaient arriver au château; ainsi il fut trahi encore pour cet objet.

On fit ranger les gardes du corps à cheval sur la terrasse pendant la nuit, et peu après on les fit partir pour Rambouillet.

Sur les cinq heures, maman vit beaucoup de peuple courir avec violence par des mouvements tumultueux; c’était de loin, elle ne put distinguer ce que c’était; elle sortit de son appartement avec mon père et Mme d’Estourmel; ils traversèrent la galerie de l’Opéra pour aller au vestibule de la Chapelle, qui menait à la grande galerie. Ils trouvèrent les portes fermées et tout dans la plus profonde tranquillité; heureusement ils rentrèrent, car l’instant d’après, la minute avant que le peuple envahît, nos domestiques vinrent dire que les gardes du corps étaient devenus fous; deux, courant à toutes jambes, avaient voulu entrer, on avait fermé la porte sur eux. Alors maman, ne pouvant plus tenir à ses inquiétudes, demanda à la sentinelle de la garde nationale, qui était à la porte de la cour de l’Opéra, sous ses fenêtres (mais elles étaient élevées à une hauteur énorme sur la rue), ce qui se passait dans la cour des Ministres, où elle voyait toujours le peuple dans la même agitation. Il dit: « Ce sont les gardes du corps, madame, » et il fît signe qu’on leur coupait la tête. Il n’était resté à Versailles que ceux de service, environ deux cents: ils furent poursuivis, plusieurs tués en se défendant en héros, la plupart se sauvèrent par mille déguisements. D’ailleurs on ne cherchait certainement pas à en tuer beaucoup, les meneurs surent bien arrêter le peuple, quand ils le voulurent.

On peut imaginer l’état dans lequel nous étions, en apprenant qu’on tuait les gardes du corps; plusieurs exempts, qui demeuraient près de notre appartement, vinrent s’y cacher; nous donnâmes des habits à des gardes qui étaient réfugiés chez nous, nos domestiques en sauvèrent beaucoup. Nous étions dans la plus horrible inquiétude, on pensait voir massacrer toutes les personnes du château; le peuple et la garde nationale de Paris étaient dans les cours; on apprit qu’on avait gagné le régiment de Flandre dans la nuit, on avait emporté ses drapeaux. Les soldats les voyant sur la place d’Armes, passèrent pardessus la grille; alors on s’empara de chaque soldat, on lui prodigua le vin et l’argent; ces hommes, indignés de rester sans cartouches, d’avoir eu leurs canons enlevés, d’avoir été enfermés toute la nuit sous clef, furent bientôt gagnés et se mêlèrent au peuple; ils ne participèrent point cependant aux assassinats.

Profitant de ce que la foule se portait dans les cours et de ce qu’il n’y avait âme qui vive dans la rue des Réservoirs, nous sortons du château; maman et moi tremblions comme la feuille; nous nous réfugions dans un petit logement que M. le comte de Crenay avait dans la ville, extrêmement près du château; nous y restons avec plusieurs personnes venues pour y chercher asile, entre autres des officiers des gardes du corps.

Tout d’un coup nous entendons une fusillade et une canonnade générales et sans ordre, qui partent des cours et durent plus d’une demi-heure; nous croyions qu’on massacrait tout au château, et nous étions dans le plus cruel état, quand on vint nous dire que c’était une réjouissance, parce que le Roi avait paru sur le grand balcon avec la cocarde et avait consenti à aller demeurer à Paris. Il lui fallait bien obéir: quel consentement ! quelle réjouissance! Nous retournons au château et de là chez Mesdames. Je leur fais moi-même des cocardes de rubans, nous en prenons toutes; il y avait dans les antichambres plusieurs de leurs gens, qui étaient de la garde nationale de Versailles et avaient endossé l’uniforme.

Nous montons en voiture avec Mesdames, Mme de Narbonne, Mme de Chastellux, maman et moi; nous suivions celle du Roi, mais nous en étions à une grande distance; une foule immense et le grand nombre des voitures nous séparaient, quoique Mesdames fussent parties en même temps.

Je n’oublierai pas que la Reine, en montant en carrosse et entourée d’une troupe immense de ses assassins, reconnut dans la foule le baron de Ros, officier des gardes du corps, déguisé; elle eut le courage de lui dire tout haut: « Vous irez savoir de ma part des nouvelles de M. de Savonnières, et lui direz toute la part que je prends à son état. » M. de Ros nous le répéta, l’instant d’après. C’est ainsi que je n’écris que ce que j’ai vu ou ai su de la bouche des témoins oculaires, sans parler des faits que d’autres mieux instruits que moi feront passer à la postérité.

Plus de deux mille voitures suivaient le Roi; on prétendait qu’après son départ on pillerait le château; aussi le démeublait-on avec une telle précipitation, qu’on jetait jusqu’aux glaces par les fenêtres.

Jamais on n’a vu une confusion pareille à celle de la route de Paris à Versailles. Tout le monde était pêle-mêle; on voyait des énergumènes, hommes et femmes, qui avaient l’air de furieux; on entendait les cris répétés de Vive la Nation ! et à chaque instant des coups de fusil partaient au repos, ou peut-être exprès. Nous avions cent hommes de la garde nationale de Paris qui nous entouraient, destinés spécialement pour la voiture de Mesdames; tout le long de la route, elles leur parlaient avec la plus grande bonté, et même trop grande, en partie par peur, en partie par habitude d’être extrêmement affables; Madame Adélaïde surtout, par le besoin qu’elle avait d’être toujours en agitation et en mouvement. Nous fûmes cinq heures en route jusqu’à Sèvres; il avait été accordé à Mesdames d’aller à Bellevue, les cent hommes les y accompagnèrent, et y restèrent pour les garder. Maman, en arrivant, eut une affreuse attaque de nerfs. »

Комментарии
Journées f pl d’Octobre – поход на Версаль (5 и 6 октября 1789), или поход женщин на Версаль, поход женщин за хлебом – поход парижанок на Версаль c целью попросить короля улучшить снабжение столицы хлебом. Закончился насильственным перемещением королевской семьи в Париж.

Château m de Versailles – Версальский дворец, королевская резиденция при Людовике XIV, Людовике XV, Людовике XVI (1682–1789). Был построен в XVII в. в пригороде Парижа, в нескольких десятках километров от столицы. Дворцово-парковый ансамбль – исторический памятник мирового значения.

Madame de la Rochejaquelein – Мария Луиза Виктория де Донниссан (1772–1857), в первом браке маркиза де Лескюр, во втором – маркиза де Ларошжаклен, автор мемуаров, рассказывающих о ее жизни, в том числе и во время вандейских войн. Родилась во влиятельной придворной семье. Дочь Ги Жозефа де Донниссана (Guy Joseph de Donnissan), лагерного маршала (maréchal m de camp – военный чин во французской армии при Старом порядке, примерно соответствующий чину бригадного генерала в армии республиканской и наполеоновской Франции), сенешаля Гиени. Получила хорошее образование. Публикация ее мемуаров, написанных простым языком и очень искренне, вызвала сенсацию. Они стали одним из главных источников по истории вандейских войн, хотя и современники, и историки не раз критиковали автора за чрезвычайную пристрастность. Книга неоднократно переиздавалась и была переведена на несколько языков. Лучшим считается издание 1889 г., подготовленное к столетней годовщине Французской революции.

Rambouillet – Рамбуйе, город в департаменте Ивелин (Иль-де-Франс), в 45 км к юго-западу от Парижа. Основная достопримечательность – замок-крепость (1375). С 1783 г. – королевская резиденция. С конца XIX в. до 2009 г. – летняя резиденция президентов Франции, место организации международных переговоров и встреч.

Mme d’Estourmel – Филиберта Рене де Галар де Брассак де Беарн (1753– 1824), жена маркиза д’Эстурмеля, придворная дама дочери Людовика XV Мадам Виктории.

Nous montons en voiture avec Mesdames …. – с XVII века так называли и дочерей короля Франции или Дофина (Dauphin) – старшего сына короля, наследника престола, а также супругу Monsieur – старшего из младших братьев короля. До середины XVI в. членов Дома Франции называли Monseigneur (Ваше Высочество, Ваша Светлость, при обращении к священнослужителям – Ваше Высокопреосвященство), за которым следовало название их земельных владений. В конце Старого порядка (Ancien Régime) члены Дома Франции обычно обозначались по титулу с указанием их положения в династии. Это были либо члены королевской семьи, либо члены семьи принцев крови. Знание этих выражений важно для понимания работ авторов того времени: например, Сен-Симона, Маркизы де Севинье и др. C начала XVII в. дочерей и внучек короля Франции по прямой мужской линии стали называть (за рядом исключений) Madame с добавлением имени. После выхода замуж их обычно (но не всегда) называли по титулу их мужа. В данном случае Mesdames – дочери Людовика XV, которых после его смерти, чтобы отличать от сестёр правящего короля, стали официально называть Mesdames Tantes, но неофициально второе слово зачастую опускали.

Mme de Narbonne – Франсуаза де Шалю, герцогиня де Нарбон-Лара (1734– 1821), придворная дама Мадам Аделаиды.

Mme de Chastellux – Анжелика-Виктория де Дюрфор-Сиврак (1752–1816), жена Анри-Жоржа-Сезара, 7-го графа де Шастелю, придворная дама Мадам Виктории.

Maman – Мария-Франсуаза де Дюрфор-Сиврак (1747–1839), придворная дама Мадам Виктории.

Comte de Crenay – Себастьян Анн Жюльен де Пуавилен, граф де Крене, граф де Монтегю (1743–после 1792), лагерный маршал кавалерии, первый гардеробмейстер графа Прованского.

Baron de Ros – Огюстен-Николя-Жан де Рос (1742–?), младший лейтенант королевской гвардии, лагерный маршал кавалерии.

M. de Savonnières – Тимолеон-Магделон-Франсуа, меркиз де Савоньер (1740–1790), лейтенант королевской гвардии, лагерный маршал. При попытке защитить дворец от толпы в ходе событий 5-6 октября был тяжело ранен выстрелом в руку и спустя несколько месяцев скончался.

Madame Adélaïde – Мария Аделаида Французская (1732–1800), принцесса из династии Бурбонов, четвертая дочь и шестой ребенок Людовика XV и Марии Лещинской.

Sèvres – Севр, коммуна в 10 км к юго-западу от Парижа. Знаменита Севрской фарфоровой мануфактурой.

Bellevue – дворец Бельвю, небольшой загородный дворец, построенный в середине XVIII века в Медоне, недалеко от Парижа, для фаворитки Людовика XV маркизы де Помпадур. Считался самым очаровательным загородным дворцом в Европе. До наших дней не сохранился. С 1757 г. королевская резиденция, с 1774 г. отдан дочерям Людовика XV, Mesdames.

3 Journée du 10 août 1792. La chute de la monarchie

La guerre déclarée entre la France et l’Autriche, la menace d’invasion se précise. Alors que, de fait, le Roi et sa famille sont maintenus au palais des Tuileries, les sections parisiennes organisent une insurrection visant à s’emparer par la force du Palais et de renverser le trône. Albert Mathiez, historien marxisant, propose une interprétation des événements qui fait écho à la toute récente révolution russe. Dans les années 1990, l’historien François Furet soulignera cette analogie partisane.

Albert Mathiez, La Révolution française, 1922
« […] L’insurrection du 10 août, toute différente des précédentes, n’a pas été seulement dirigée contre le trône. Elle a été un acte de défiance et de menace contre l’Assemblée elle-même qui vient d’absoudre le général factieux La Fayette et qui a désavoué formellement les pétitions pour la déchéance. Une situation nouvelle a été créée. Un pouvoir révolutionnaire est apparu en face du pouvoir légal. La lutte de ces deux pouvoirs emplit les six semaines qui précèdent la réunion de la Convention.

Cette lutte se continuera, après le 20 septembre, dans l’opposition des deux partis qui se disputeront la majorité dans la nouvelle assemblée. Le parti montagnard sera essentiellement le parti de l’ancienne Commune révolutionnaire, tandis que le parti girondin sera formé des députés qui avaient siégé au côté gauche de la Législative avant de former le côté droit de la Convention.

Les deux partis, notons-le tout de suite avant d’y revenir plus en détail, sont séparés par des conceptions radicalement différentes sur tous les problèmes essentiels. Les Girondins, parti de la légalité, répugnent aux mesures exceptionnelles, «révolutionnaires », dont la Commune a donné l’exemple et que la Montagne recueille dans son héritage. Ce sont, dans le domaine économique et social : les réglementations, les recensements, les réquisitions, le cours forcé de l’assignat, bref la limitation de la liberté commerciale ; dans le domaine politique : la mise en suspicion de tous les adversaires du régime, la suspension de la liberté individuelle, la création de juridictions exceptionnelles, la concentration du pouvoir par la subordination étroite des autorités locales, bref la politique du salut public. Programme qui ne sera réalisé pleinement qu’un an plus tard, avec la Terreur, mais qui fut ébauché et défini par la Commune du 10 août.

L’opposition des programmes traduit une opposition foncière d’intérêts et presque une lutte de classes. La Commune et la Montagne, qui en dérive, représentent les classes populaires (artisans, ouvriers, consommateurs) qui souffrent de la guerre et de ses conséquences : cherté de la vie, chômage, déséquilibre des salaires. L’Assemblée et la Gironde, son héritière, représentent la bourgeoisie commerçante et possédante qui entend défendre ses propriétés contre les limitations, les entraves, les confiscations dont elle se sent menacée. Lutte dramatique qui revêt toutes les formes et qu’il faut suivre dans le détail pour en saisir toute la complexité.

Le trône renversé, les difficultés commençaient pour les vainqueurs. Il leur fallait faire accepter le fait accompli par la France et par l’armée, prévenir ou écraser les résistances possibles, repousser l’invasion qui entamait déjà les frontières, constituer enfin sur les débris de la royauté un gouvernement national. Problèmes ardus qui ne furent pas résolus sans d’affreux déchirements !

Les commissaires des sections parisiennes, constitués dans la nuit du 9 au 10 août en Commune révolutionnaire à l’Hôtel de Ville, tenaient leurs pouvoirs du choix direct du peuple. En face de l’Assemblée, issue d’un suffrage indirect et censitaire, discréditée par le désaveu et les menaces qu’elle avait lancés aux républicains, par les tractations secrètes de ses chefs avec la Cour, la Commune représentait une légalité nouvelle. Forte du prestige de la sanglante victoire remportée sur les défenseurs du château, consciente de l’immense service qu’elle avait rendu à la Révolution et à la France en écrasant la trahison royale, elle n’entendait pas limiter son action dans le cercle étroit de ses attributions municipales. Elle avait incarné, pensait-elle, l’intérêt public, elle avait agi au nom de la France révolutionnaire tout entière et la présence des fédérés des départements aux côtés des révolutionnaires parisiens dans l’assaut des Tuileries avait scellé l’alliance fraternelle de la capitale avec la nation.

Комментарии
Commune f révolutionnaire – в данном случае, La Commune insurrectionnelle de Paris, повстанческая Парижская коммуна, чрезвычайный орган парижского самоуправления, сформированный в ночь с 9 на 10 августа 1792 г. большей частью парижских секций взамен прежнего выборного муниципалитета. Руководила восстанием 10 августа.

la Montagne – Гора, так называли группировку депутатов, сидевших на верхних скамьях Национального Конвента.

la Gironde – группировка депутатов, ядром которой были члены Национального Конвента от департамента Жиронда. Альбер Матьез исходит из того, что между монтаньярами и жирондистами были классовые противоречия. В современной историографии считается, что основная разница между группировками заключалась в том, что жирондисты представляли региональные элиты и стремились к завершению революции, тогда как монтаньяры изначально ради прихода к власти настаивали на продолжении революции и опирались на столичных санкюлотов и народные общества в провинции.

4 La chute de Robespierre et la fin de la Terreur

A partir de 1793, la dictature de la Convention se fait redoutable. L’exécutif est assuré par deux Comités dont le Comité de salut public. De ce Comité, le jacobin Robespierre, surnommé « l’incorruptible », est le véritable inspirateur. Pour lutter contre les « ennemis de la Révolution », la Terreur est à l’ordre du jour. A la guerre étrangère s’ajoute la guerre civile, notamment en Vendée. Au bout d’un an, la Terreur n’est plus supportable. Un coup d’Etat venu de l’Assemblée élimine Robespierre et les siens. Dans son roman Les Dieux ont soif, Anatole France revient sur cet épisode.

Anatole France, les Dieux ont soif, chapitre XXIX, 1912
« La Seine charriait les glaces de nivôse. Les bassins des Tuileries, les ruisseaux, les fontaines étaient gelés. Le vent du nord soulevait dans les rues des ondes de frimas. Les chevaux expiraient par les naseaux une vapeur blanche; les citadins regardaient en passant le thermomètre à la porte des opticiens. Un commis essuyait la buée sur les vitres de l’Amour peintre et les curieux jetaient un regard sur les estampes à la mode: Robespierre pressant au-dessus d’une coupe un cœur comme un citron, pour en boire le sang, et de grandes pièces allégoriques telles que la Tigrocratie de Robespierre: ce n’était qu’hydres, serpents, monstres affreux déchaînés sur la France par le tyran. Et l’on voyait encore: l’Horrible Conspiration de Robespierre, l’Arrestation de Robespierre, la Mort de Robespierre.

Ce jour-là, après le dîner de midi, Philippe Desmahis entra, son carton sous le bras, à l’Amour peintre et apporta au citoyen Jean Blaise une planche qu’il venait de graver au pointillé, le Suicide de Robespierre. Le burin picaresque du graveur avait fait Robespierre aussi hideux que possible. Le peuple français n’était pas encore saoul de tous ces monuments qui consacraient l’opprobre et l’horreur de cet homme chargé de tous les crimes de la Révolution. Pourtant le marchand d’estampes, qui connaissait le public, avertit Desmahis qu’il lui donnerait désormais à graver des sujets militaires.

– Il va nous falloir des victoires et conquêtes, des sabres, des panaches, des généraux. Nous sommes partis pour la gloire. Je sens cela en moi; mon cœur bat au récit des exploits de nos vaillantes armées. Et quand j’éprouve un sentiment, il est rare que tout le monde ne l’éprouve pas en même temps. Ce qu’il nous faut, ce sont des guerriers et des femmes, Mars et Vénus.

– Citoyen Blaise, j’ai encore chez moi deux ou trois dessins de Gamelin, que vous m’avez donnés à graver. Est-ce pressé ?

– Nullement. ...



Все права на текст принадлежат автору: .
Это короткий фрагмент для ознакомления с книгой.
Франция с 1789 года до наших дней. Сборник документов (составитель Паскаль Коши). La France contemporaine, de 1789 a nos jours. Recueil de documents (par Pascal Cauchy)